Bernard Moninot. Constellation

Ecoutez Bernard Moninot

Bernard MONINOT (1949, Le Fay)

Dimension cosmologique de l’œuvre tout en y portant à son comble la diversification des pigments.

Ces dessins instantanés (ou dessins décochés) sont faits par l’impact d’un coup de marteau qui libère les poussières colorées sur la surface des verres préparés. Apogée, sans doute du dessin décoché (dont elle juxtapose, en une constellation justement, et dans un ordre non fixé, 91 éléments de formats divers), Constellation se présente en effet, sur fond blanc, comme une formation chorale où chaque élément s’incarne selon une tonalité disctincte. Chaque élément ou chaque fragment, tout en ayant sa valence et sa résonance, son format, sa partition, entonne le même chant figural, qui est celui d’un suspens : en effet, qu’il s’agisse d’un tore ou d’un anneau, d’une série de points ou d’ondes concentriques, tous les objets formant la constellation sont des objets flottants. À chaque fois, l’objet engendré par un coup de marteau et saisi dans le verre semble errer dans l’espace. Ainsi, quel que soit l’objet que l’œil isole et quel que soit l’agencement où il figure, la sensation est celle d’une unanimité […]. Jean-Christophe Bailly

Subscribe to our Newsletter
S'inscrire à la Newsletter