Dialogues

On retrouve dans cette section des œuvres de Hans Hartung, artiste allemand naturalisé français, arborant de larges bandes noires venant structurer l’espace pictural, dont les compositions sont peintes d’après étude. Cette structure n’est pas sans rappeler les œuvres de son contemporain Gérard Schneider, artiste suisse, lui aussi pionnier de l’abstraction lyrique. Ces compositions se différencient toutefois des peintures gestuelles de Georges Mathieuqui préfère la vivacité du geste et la vitesse d’exécution, employant les moyens les plus directs pour peindre avec de grands coups de pinceaux et parfois même l’emploi du tube de peinture à même la toile. On retrouve également ce procédé dans les œuvres du peintre canadien Jean Paul Riopelle qui, à l’aide du tube et d’une spatule ou d’un couteau, appose la matière picturale directement sur la toile, donnant corps à de grandes mosaïques en all-over, accentuée par des trames aléatoires de giclures en tous sens..Du côté des peintres américains, l’artiste Ernest Briggs n’hésite pas à employer une gestuelle énergique avec des coups de pinceaux jetés sur la totalité de sa toile, à l’instar de Mathieu.

Collection Fondation Gandur pour l'Art

Pour plus d’information : un catalogue a été publié à l’occasion de l’exposition Au cœur de l’abstraction. Collection Fondation Gandur pour l’Art
Edition : Fondation Maeght
Préfaces : Adrien Maeght et Jean Claude Gandur
Textes : Yan Schubert et Lucie Pfeiffer
Reproductions couleurs de toutes les œuvres
184 pages

Subscribe to our Newsletter
S'inscrire à la Newsletter