Menu

Wolfgang GAFGEN

(1936)


Wolfgang GAFGEN

Après des études à l’Ecole des Beaux-Arts de Hambourg (1957-1961), à l’Académie de Stuttgart (1961) et un bref séjour chez le peintre Otto Dix, Wolfgang Gäfgen s’établit à Paris en 1961. Sa première exposition personnelle parisienne a lieu en 1964 à la galerie Jacob. Proche d’un « arte povera » qui ne serait que spéculaire, sans objet réels, ou d’un Michael Heizer, dont les territoires seraient philosophiques ou conceptuels ; il crée d’étonnantes « scènes de l’esprit » à travers des gravures et des dessins, soit dans une manière noire ou la technique mezzotinte (1971), soit dans une manière grise ou bleutée (1972). Les objets représentés semblent garder l’empreinte des corps qui les ont habités (canapés, oreillers, vêtements). Sans être exactement « minimal », Wolfgang Gäfgen travaille à partir du minime, de l’apparente insignifiance des matériaux pauvres : terre, brindilles, planches, paille, etc. qu’il met en scène et qu’il traduit sur le papier dans une économie extrême comme l’on montré très clairement ses expositions à la galerie Karl Flinker. Sa technique rend avec justesse les oppositions de textures, notamment celles des cordes, des bois, des tissus et des cuirs. « Ce que j’essaie de montrer dit-il, est avant tout mental ». La cicatrice, la brèche, l’orifice, le trou sont les thèmes favoris de cet alchimiste plasticien, tourné vers la dissolution et le néant. Il est avant tout un dessinateur. Il participe en 1974 à l’exposition « Nouvelles figurations » à l’Atelier des halles de Montbéliard réunissant huit peintres : Cueco, Erró, Kermarrec, Klasen, Monory, Télémaque, Titus-Carmel et Gäfgen. 10 ans auparavant, le critique Gassiot-Talabot l’avait retenu avec 34 jeunes artistes dans l’exposition « Mythologies quotidiennes » au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris inaugurant ainsi le mouvement de la Figuration narrative.

Après les Beaux-Arts de Paris (2 ans), il est de 1983 à 2009, professeur de peinture et de graphisme à l’Académie des Beaux-Arts de Stuttgart. Il a récemment fait un don de 70 monotypes de grand format au Kunstmuseum Spendhaus de Reutlingen en Allemagne. Cette donation a donné lieu à une exposition en novembre 2010.

La société des Amis de la Fondation Maeght a fait don de deux dessins de l'artiste en 2009, cette donation a été complétée en 2015 par l'artiste avec le don de nombreux dessins et d'un triptyque.

Wolfgang Gäfgen vit et travaille à Paris et à Stuttgart.

 

 

Sans titre
Sans titre, 2013

Bois gravé et monotype
Triptyque – 210 x 330 cm avec cadre
Don de l'artiste, 2015
Collection Fondation Maeght, Saint-Paul de Vence