Menu

Erik DIETMAN

(1937 - 2002)


D'origine suédoise, Erik Dietman découvre à partir de 1950 les créations de l’art moderne. Après de courts passages dans plusieurs écoles des beaux-arts, il rejette l’enseignement académique et décide de se former lui-même. Non-conformiste, marginal et autodestructeur, il s’installe à Paris en 1959. Il y rencontre Daniel Spoerri, l’un des fondateurs du nouveau-réalisme, et sous son influence commence à réaliser des assemblages d’objets et à transformer, à la manière de dada, sa vie fantasque en œuvre d’art. Commence une période de création turbulente et farceuse, puis il s’assagit un peu à partir des années 1980, où il affirme « j’aime de moins en moins choquer ». Il se met à sculpter avec des matériaux plus traditionnels, bois, céramique, verre, mais continue à tourner en dérision la société mais aussi l’art et le créateur avec un humour débridé.

La Fondation conserve dans ses collections deux sculptures de l'artiste, dons réalisés en 2011 lors de l'exposition consacrée à l'artiste à la Fondation Maeght.