Menu

Marco DEL RE

(1950)


Après des études d’architecture, Marco Del Re se tourne vers le théâtre et la photographie. Il est le cofondateur en 1971 de la compagnie théâtrale Il Patagruppo. Dans les années 1970, il réalise des performances, des vidéos, des séries de Polaroïds et de dessins. Lors d’une tournée en 1973, il rencontre Arturo Schwarz qui lui propose d’exposer ses Polaroïds dans sa galerie de Milan. Marco Del Re découvre ainsi l’art moderne et Marcel Duchamp, qui l’initie aux échecs. Depuis les années 1980, il se consacre essentiellement à la peinture et à la gravure. Entré à la galerie Maeght en 1989, il marie iconographie de la modernité et mémoire de l’histoire de l’art. Dans son œuvre se retrouve le souvenir de Matisse, Braque, Derain ou Picabia, mais toujours détourné, transposé et remodelé. Del Re joue des couleurs qu’il harmonise ou confronte à la teinte naturelle des papiers. Dans l’atelier de l’imprimerie Arte, rue Daguerre, ou dans celui de Saint-Paul, il aborde toutes les techniques, qu’elles soient traditionnelles ou expérimentales, laissant toujours plus de liberté à sa création. En développant les éditions à tirage limité (gravures, lithographies rehaussées, linogravures et monotypes), il fait apparaître celles-ci comme une œuvre singulière dans l’ensemble de sa production. Outre son activité de peintre, Marco Del Re illustre de nombreux livres de bibliophilie. Ainsi, Maeght Editeur a publié plusieurs ouvrages de bibliophilie illustré par Marco Del Re, dont The Rough Field recueil du poète irlandais John Montague. Marco Del Re aime travailler avec des artisans forts de leur savoir-faire et donc créer de nouvelles formes d’expression alliant tradition et modernité : papier népalais, kilims ottomans, tapisseries pour le Mobilier National, porcelaine de Limoges et bien sûr la décoration intérieure de la salle Pleyel.

Il vit et travaille à Paris et à Saint-Paul de Vence.

 

La Muse qui m'amuse
La Muse qui m'amuse, 1991

Huile sur toile, 1991
Don de l'artiste, 1992

Ce grand triptyque était la pièce maîtresse d'une exposition organisée à la galerie Maeght en 1991.

La Fondation conserve également dans ses collections d'autres peintures, de nombreuses lithographies ainsi qu'un piano Pleyel demi-queue, décoré par l'artiste et édité à huit exemplaires. Cherchant toujours de nouvelles formes d’expression alliant tradition et modernité, Marco Del Re, grava dans une brillante matière noire une cariatide libérée, rendant hommage à l’histoire de l’Art, à la mythologie et à la musique au travers l'illustration de ce piano.