Menu

Pier Paolo CALZOLARI

(1943)


La première exposition de Pier Paolo Calzolari a lieu en 1965. C’est dans sa ville natale qu’il réalise ses premières peintures présentées dans l’atelier qu’il occupe à Bologne, le Studio Bentivoglio. L’année suivante, il conçoit des actions ou performances qu'il nomme « Atti di passione » (actes de passion) et qu’il présente au public un an plus tard et intitule : Il filtro e Benvenuto all'Angelo, progetto per un lavoro publicco (Le filtre et Bienvenue à l'Ange, projet pour un travail public, 1967). Cette même année, il participe aux débuts l'Arte Povera, mouvement artistique italien, dont il devient l’un des principaux représentants. Les objets et matériaux qu'il utilise à partir de 1967 paraissent connaître une deuxième vie, et s’accompagnent souvent de l'intervention d'un élément lumineux. La lumière vénitienne de son enfance l’a profondément marquée. Il tente d’en retrouver la vibration intense dans ses œuvres, que ce soit dans la réutilisation de matières ou d’objets : le feu (bougie, gaz), le froid (glace, réfrigérateur), les métaux (plomb, étain), les végétaux (feuilles de tabac, lichen), et aussi le sel. Le thème récurrent de son œuvre est celui du passage du temps. Les matériaux laissent voir leur transformation. L'utilisation fréquente d'écritures en néon, confrontée à des blocs de glace où la lumière est comme emprisonnée, n'est pas dépourvue d'implications métaphysiques : « Étant une transformation de l'eau, la glace est un signe de vie, de purification et de régénération » (Germano Celant, critique d’art à l’origine du terme Arte Povera). « Lieu, personnes, temps, chacun influe sur l’autre » ajoute l’artiste. En faisant intervenir le givre et la lumière, il a donné à ses œuvres une poésie bien particulière. Un art hautement poétique, voire métaphysique, qui a été exposé dans de nombreuses galeries depuis 1965 et au sein de nombreuses expositions collectives. La Fondation Maeght lui a consacré une exposition en 2007.

Pier Paolo Calzolari vit et travaille à Fossombrone, commune située près de la ville d’Urbin.

Sans titre
Sans titre, 1986

Sel, bois calciné et plomb sur bois
210 x 200 cm
Don de l'artiste, 2007