Menu

Gina PANE

(1939 - 1990)


Gina Pane étudie la peinture aux Beaux-Arts de Paris, et fréquente l’atelier d’art sacré d’Edmée Larnaudie. Figure majeure de l’art corporel des années 1970, elle a composé une série d'actions minutieusement préparées et documentées, où chaque geste est accompli avec une dimension rituelle. La parole est exclue de l'action, elle utilise son corps comme moyen de communication, il devient langage. Ses premiers travaux consistent en des peintures de plans colorés et des sculptures aux formes géométriques simples qu’elle appelle Structures affirmées. Suivent ses installations et actions dans la nature (1968-1970), les actions en atelier et en public (1971-1979), puis les Partitions et Icônes (1980-1989). Gina Pane décède prématurément en 1990 des suites d’une longue maladie.

En 1965, Gina Pane entame une série de sculptures intitulées Structures affirmées. Comme ses premières peintures, elles sont composées de formes géométriques simples et de couleurs franches. Ce vocabulaire formel est inspiré des œuvres de Malevitch et des constructivistes russes. Il rappelle également les sculptures contemporaines des artistes minimalistes américains, tels Donald Judd ou Robert Morris. Comme eux, Gina Pane construit des "sculptures-environnements" à partir d'éléments modulaires de facture industrielle. Alignés au sol sur un socle bas, les piliers en fer galvanisé de « Barrière impénétrable » bloquent le passage du spectateur. En tentant de se frayer un chemin à travers les vides créés par l'inclinaison des plaques de métal, on prend conscience de son propre corps et de l'espace qui les entoure. Au moment exact où Jesus Rafael Soto crée ses premiers pénétrables, Gina Pane invite elle aussi le spectateur à vivre la sculpture, à l’expérimenter, physiquement, au lieu de l’observer de façon passive.