Menu

Claude VIALLAT

(1936)


Elève à l’École des beaux-arts de Montpellier (1955-1959) puis à l’École des beaux-arts de Paris (1962-1963), Claude Viallat commence, dès 1966, à travailler systématiquement avec une seule forme, dont la répétition sur la toile détermine la composition de l’œuvre. Sans jamais remettre en cause ce procédé, il ne cesse de varier les supports et les techniques. Sa première exposition personnelle à Paris a lieu à la galerie Jean Fournier qui l’exposera régulièrement par la suite. Viallat fonde le groupe Support-Surface avec Dezeuze, Saytour et Vallensi. Sur le plan formel, Claude Viallat résume clairement leurs travaux : « Dezeuze peignait des châssis sans toile, moi je peignais des toiles sans châssis et Saytour l’image du châssis sur la toile. »

Des dissensions apparaissent et c’est la scission du mouvement en 1971. À partir de 1976, Claude Viallat utilise de nouveaux supports qu’il marque de son empreinte : des stores, des parasols, des tentes et des bâches. Il procède également à des assemblages avec des bois flottés, des morceaux de tissu, des bouts de cordes à nœuds trempées dans du goudron ou de la couleur, ou d’autres matériaux récupérés. Le Musée national d’art moderne de Paris lui consacre une rétrospective en 1982 et il est invité à représenter la France à la Biennale de Venise de 1988. Parallèlement Claude Viallat mène une carrière d’enseignant (École des arts décoratifs de Nice en 1964 ; École des beaux-arts de Limoges en 1966 ; École des beaux-arts de Marseille en 1973 ; direction de l’École des beaux-arts de Nîmes en 1979 ; École nationale supérieure des beaux-arts de Paris depuis 1991). Depuis 1998 il est notamment représenté par la galerie Templon à Paris, la galerie Bernard Ceysson à Genève, la galerie Itsutsuji au Japon et la galerie Leo Castelli à New York.

Il vit et travaille à Nîmes.

C.F.2.8.3.
C.F.2.8.3., 1968

Acrylique sur toile
448 x 210 cm
Collection Fondation Maeght