Menu

Anne TRÉAL-BRESSON

(1944)


Artiste plasticienne autodidacte, Anne Tréal-Bresson côtoie l’Ecole de Nice de 1963 jusqu’aux années 2000. Elle rencontre Ben Vautier et Bernard Tréal le 14 juillet 1963 au Jardin Albert 1er à Nice et produit ses premiers écrits au bar du Provence où se réunit l’Ecole de Nice. Elle épouse Bernard Tréal le 12 mai 1964. Ils présentent ensemble à la Galerie A, la première exposition lettriste à Nice en 1967. Le galeriste Alphonse Chave expose en 1973 ses premiers dessins « La pensée et l’angoisse » accompagnés de ses textes qu’il désire éditer mais il décèdera en 1975 avant d’avoir pu réaliser ce projet. En 1980 a lieu sa première exposition personnelle à la Galerie L’œil écoute à Lyon ainsi que sa première performance Geste-Action n° 1 : Il faut blesser le corps là où l’âme se sépare. La même année la Fondation Maeght à Saint-Paul de Vence présente une exposition de la collection de ses dessins, parmi ses récentes acquisitions, un de ses dessins à l’encre de Chine. En 1984, Anne et Bernard Tréal distribuent lors du vernissage de l'exposition « Hommage à Miró » des enveloppes portant l'inscription « Une artiste est morte » contenant chacune une balle de revolver (calibre 12). Cette action est menée en hommage à l’artiste Martine Doytier, qui vient de se suicider d'une balle dans la tête. L’obsession de la mort occupe une grande partie de son œuvre. Lors de l’exposition du FRAC à la Fondation Maeght en 1985, deux dessins sont exposés (Passage à vide, la fissure de 1973 ; La mort de 1974). Sous le patronyme de « Laert », l’anagramme de Treal, Anne Tréal-Bresson expose en 1990 à la Galerie Mossa à Nice. L’exposition « Mort, survie, solitude » s’accompagne d’une performance où elle macule de sang des toiles grand format et montre sur des papiers Canson des empreintes avec son sang et des compresses. Installée dans le Lot-et-Garonne, une rétrospective de son œuvre se déroule au Château Prieural de Monsempron-Libos en 1997, intitulée « Le Musée imaginaire d’Anne Tréal ». La Galerie municipale de Gavaudun (Lot-et-Garonne) lui organise en 2008 une exposition personnelle, « Bains de sang » où est projeté un film vidéo (41 minutes). A cette performance s’ajoute une installation composée d'un manifeste de 17 pages contre la guerre, des poupées barbelées et des réalisations de sculptures tricolores modulables.

Elle est l’auteur de plus de trois cent dessins à l’encre de Chine, de sculptures en bronze et de très nombreux écrits et réflexions sur sa démarche, son travail, son œuvre. Anne Tréal-Bresson vit et travaille à Nice et à Gavaudun dans le Lot-et-Garonne.

J'ai la nausée du temps qui passe
J'ai la nausée du temps qui passe, 1976

Dessin à l'encre de Chine
Don de la Société des Amis de la Fondation Maeght, 2009

La Fondation conserve plusieurs dessins de l'artiste dans ses collections. Anne Tréal-Bresson a fait généreusement don de plusieurs dessins en 2016.