Menu

Peter STÄMPFLI

(1937)


Artiste suisse ayant étudié les arts graphiques et la peinture à l’Ecole des Arts et des Métiers de Bienne (1954-1955), il fréquente ensuite les cours du peintre Max von Mühlenen à Berne. Arrivé à Paris en 1959, il s’installe au Bateau-Lavoir à Montmartre. Dans la revue Art International paraît en 1963 le premier texte sur Stämpfli par Gérald Gassiot-Talabot, le critique attitré de la Figuration narrative. Associé dès lors aux artistes de ce mouvement, la Figuration narrative ou de la Nouvelle figuration, il exposera souvent avec eux. Sa première exposition personnelle a lieu en 1966 à la City-Galerie de Bruno Bischofberger à Zurich avec 31 peintures réalisées de 1963 à 1965.

À partir de 1966, son travail prend un tournant décisif, il se met à peindre essentiellement des détails d'automobiles (pare-chocs, roues, volants…), puis réduit son travail au seul thème du pneu. Il les installe par terre, les dresse sur les murs, les pose dans les angles, travaillant la perspective et surprenant le spectateur par leur monumentalité. En 1979, il entreprend une série de pastels qui présentent, après dix ans de peinture dans des camaïeux de gris, d’ocres ou de bruns, une explosion de couleurs vives et de contrastes. En 1980 il expose ses dessins à la Galerie Maeght à Paris, participe à l’exposition « Dessins à la Fondation Maeght » à Saint-Paul-de-Vence. En 1985, dans la continuité de ses recherches picturales, il réalise sa première sculpture monumentale Empreinte de pneu S 155, une trace en creux de 30m de longueur installée, par la suite, en 1990 dans un parc du Val-de-Marne.

Le 10 février 1990 un incendie ravage l'immeuble dans lequel depuis 1978 Stämpfli avait son atelier. Une part essentielle de son travail, peintures anciennes, toiles monumentales et œuvres encore inédites, est détruite. Dans les années 90 deux importantes rétrospectives sont consacrées à son travail : le Musée de Dole en 1994 et La Villa Tamaris à La Seyne-sur-Mer en 1997. Il faut attendre 2002 pour que Paris lui consacre sa première rétrospective au Musée du Jeu de Paume. En 2010, la Fundació Stämpfli ouvre ses portes à Sitges, près de Barcelone. Initiée par l’artiste et sa femme Anna-Maria, elle présente une collection constituée de donations d’artistes majeurs du mouvement de la Figuration Narrative. Peter Stämpfli vit et travaille à Paris, en Suisse et à Sitges, en Espagne.

362 S
362 S, 1979

Crayon sur papier
141 x 165 cm
Don de la Société des Amis de la Fondation Maeght, 2009