Menu

Pierre SOULAGES

(1919)


Peintre français né à Rodez en 1919, il est très tôt passionné par le dessin et la peinture. Ses toiles où le noir domine sont abstraites et sombres, et sont aussitôt remarquées tant elles diffèrent de la peinture à demi-figurative et très colorée de l'après-guerre. Préférant l’utilisation du couteau et de la spatule au traditionnel pinceau, il brosse vigoureusement au brou de noix des calligrammes monolithiques sur papier. En 1949 a lieu sa première exposition personnelle à la galerie Lydia Conti, ainsi que des expositions de groupe à New York, Londres, São Paulo et Copenhague. De 1949 à 1952, il crée des décors pour le théâtre et les ballets, et exécute ses premières eaux-fortes à l’atelier Lacourière. La Kootz Gallery à New York représente son œuvre de 1954 à 1966 et la Galerie de France à Paris de 1956 à 1992. En 1959 il fait construire une maison-atelier sur les collines de Sète où il s’installe désormais une partie de l’année. Les premières rétrospectives de son œuvre sont organisées en Allemagne à la Kestner-Gesellschaft galerie à Hanovre et au Folkwang Museum de Essen en 1960. Il expérimente dans les années 70 des techniques nouvelles comme l’acrylique et aborde la sculpture en 1976 avec des bronzes inspirés de ses eaux-fortes. En 1987, Soulages obtient le Grand prix national de peinture à Paris et reçoit la commande des 104 vitraux pour l’abbatiale de Conques à laquelle il se consacre les 7 années suivantes, menant des recherches poussées qui aboutiront à l’élaboration d’un verre spécifique. Plusieurs nouvelles rétrospectives sont organisées : le Museum Fridericianum de Kassel, l’IVAM – Centro Julio-Gonzalez à Valence et le musée des Beaux-Arts de Nantes présentent la rétrospective « Soulages. Quarante ans de peinture » (1989). En 1993, le musée d’Art contemporain de Séoul organise une rétrospective qui voyage à Pékin et Taipei et en 1996 la rétrospective « Soulages. Noir lumière » est présentée au musée d’Art moderne de la ville de Paris, au musée des Beaux-Arts de Montréal et au Museu de Arte à São-Paulo. En 2007 est organisée l’exposition « Les Soulages du Musée Fabre » à Montpellier à l’occasion de la donation de 20 toiles qui marque également la fidélité sans faille du peintre à ce lieu. Le 30 mai 2014, le musée Soulages est inauguré dans sa ville natale, Rodez, qui abrite la plus grande collection de l’artiste.

Peinture
Peinture, 1971

Brou de noix et liant acrylo-vinylique sur toile
230 x 162 cm
Don de la Société des Amis, 2009

Cette œuvre s’impose par son format monumental et par un tracé ample et solide inscrit sur la toile en larges rubans noirs. La ligne y affirme sa puissance architecturale et instaure un dialogue subtil avec le blanc de la toile en réserve. Loin de toute symbolique simplificatrice, le peintre explore les qualités visuelles du noir, sa texture, ses contrastes et sa capacité à faire surgir la lumière. Ce dialogue de la lumière avec des formes opaques et monolithiques renvoie de manière très concrète au registre de l’architecture, dont on sait qu’elle eut une importance décisive dans le parcours de Pierre Soulages. Car celui qui acheva en 1994 les vitraux de l’abbatiale romane de Conques découvrit, enfant, dans ce même lieu, une forme de beauté sobre et sévère qui s’avéra décisive dans sa vocation artistique.