Menu

Georges ROUAULT

(1871 - 1958)


Artiste français à l'œuvre vaste et variée, Georges Rouault n'a jamais revendiqué son appartenance à un mouvement. Il abandonna le métier d'apprenti verrier pour suivre les cours de l'école des Beaux-Arts dès 1890. C'est là qu'il devient élève de Gustave Moreau avec qui il nouera une relation privilégiée. A la sortie de l'école, Rouault peint ce qu'il voit, révélant une vision dramatique de la vie. La mort de Moreau en 1898 provoque chez l'artiste une crise morale et esthétique, et c'est en 1902, après une convalescence à Evian qu'il se remet à peindre, avec frénésie. C'est en découvrant les écrits de Léon Bloy, dénonçant une certaine bourgeoisie, que Rouault fait évoluer sa peinture vers la création de personnages aux visages caricaturaux, révélant les vices de la société. Il peindra, à travers des prostituées, des clowns, des juges, les allégories de la luxure, de la misère, du vice ou de l'indifférence.

En perpétuelle recherche artistique, il pratiquera la céramique ainsi que la gravure. A partir de 1927, l'essentiel de ses peintures représente des figures du cirque, des sujets religieux ou des paysages. Dans les années 1930-40, sa peinture devient plus spirituelle, plus sacrée et il renouvelle certains de ses thèmes de prédilection comme le cirque. Vers 1946 sa palette devient très lumineuse. Il se trouvera parfois à la limite de l'abstraction et du figuratif avec dans les dix dernières années de sa carrière (1948-1958) une explosion des couleurs et une accumulation de couches qui donneront à ses toiles un aspect sculptural. Rouault n'utilisait pas de chevalet mais posait sa toile à plat sur une table.

 

Pierrot
Pierrot, n.d.

Eau forte en couleurs sur Arches
54 x 39 cm
Don Marguerite et Aimé Maeght