Menu

Jean LE GAC

(1936)


Né dans le Gard, Jean Le Gac commence très tôt à dessiner, fait sa scolarité à Albi où il passe beaucoup de temps au musée Toulouse-Lautrec. À Paris en 1955 pour préparer le professorat de dessin, il étudie l’œuvre de Delacroix, de Van Gogh, de Dali, et la peinture romane. Sa vocation d’artiste s’efface devant la nécessité d’enseigner pour gagner sa vie, et se réveille en 1968 lors de vacances au bord de la mer, avec des jeux d’assemblage avec ses enfants, lointains échos au land art alors en gestation en Angleterre et aux Etats-Unis. Il met en jeu son métier de peintre entre 1968 et 1973 avec Christian Boltanski, Gina Pane, Annette Messager, par des performances éphémères dont la trace constitue l’œuvre, et expose à la documenta de Kassel en 1972. À partir de 1973 il se met en scène dans ses tableaux comme peintre peignant sur le motif, tel qu’il ne peut plus l’être, car selon lui ce type de peinture ne peut plus exister. Il se dédouble, en accompagnant ces photographies de lui-même de scènes tirées de la littérature enfantine ou populaire, qu’il dessine le plus souvent au pastel (souvenir de Toulouse-Lautrec).