Menu

Paul JENKINS

(1923 - 2012)


Né à Kansas-City, Paul Jenkins étudie l’art à l’institut d’art de cette ville et s’intéresse aussi à la céramique et au théâtre. Enrôlé dans le corps des marines comme pharmacien pendant la guerre, il réussit à poursuivre son activité artistique, puis, bénéficiant de la bourse des G.I. après sa démobilisation, étudie à l’Art Students League de New York sous la direction de Yashuo Kuniyashi. Cet enseignement ouvre sur les cultures nord-américaines, européennes et extrême-orientales. En 1953 il part pour l’Europe, voyage en Italie et en Espagne, avant de s’installer à Paris où il entre en contact avec d’autres peintres américains, en particulier Sam Francis. Il rencontre Jean Dubuffet, Georges Mathieu, Pierre Soulages, et découvre l’œuvre symboliste de Gustave Moreau et d’Odilon Redon. Il circule beaucoup entre Paris et New York où il côtoie les peintres expressionnistes abstraits Jackson Pollock, Mark Rothko et Willem de Kooning. Il fait la synthèse entre le dynamisme et l’instinct de la peinture américaine et une technique d’une grande précision, utilisant des matériaux comme l’émail, des pigments en poudre mélangés à l’acrylique et à l’huile, et un couteau d’ivoire pour lisser les coulures de peinture. Il collabore également avec Jean-Louis Barrault pour l’ouverture du théâtre du Rond-Point et a écrit le Prisme du chaman pour l’Opéra de Paris.

Paul Jenkins
Paul Jenkins, 1988

La Fondation Maeght conserve dans ses collections deux peintures de l'artiste.