Menu

Hans HARTUNG

(1904 - 1989)


Hartung est communément présenté comme porte-drapeau de l’ « École de Paris » et de l’ « abstraction lyrique » et considéré avant tout comme un peintre d’après-guerre. Pourtant, dès la fin des années 30, l’artiste, né à Leipzig en 1904, a déjà participé à de nombreuses expositions dans toute l’Europe. Son parcours commence véritablement en 1922 quand, âgé d’à peine 18 ans, il produit une série d’aquarelles frappantes par leur pure expressivité, alors même qu’il ignore les théories de Kandinsky. C’est le début d’une carrière qui durera près de soixante-dix ans et sera rythmée par d’incessantes innovations techniques.

Présenté comme le chantre d’une peinture gestuelle, lyrique et émotionnelle, il se passionne pourtant aussi pour les mathématiques, et sa peinture ne se comprend pleinement qu’en tenant compte de sa part rationnelle : des années 30 à la fin des années 50, il produit ses peintures en reportant point par point, selon la technique de mise au carreau, ses petits formats exécutés spontanément sur papier. Les années 60 marqueront par ailleurs un tournant. Hartung cessera de travailler par report, mais inscrira encore sa peinture dans une patiente recherche d’innovation technique, notamment par la fabrication de multiples outils. 1960, c’est également la date à laquelle il remporte le grand prix de peinture de la Biennale de Venise, atteignant le sommet d’une reconnaissance internationale. Hartung ne cessera jamais de créer, peignant avec toujours plus d’ardeur jusqu’à ses derniers jours, dans sa propriété antiboise qu’il s’est conçue pour pouvoir travailler dans des conditions optimales. Elle abrite aujourd’hui la Fondation Hartung-Bergman.

http://www.fondationhartungbergman.fr

Hans Hartung et Aimé Maeght à la Fondation Maeght
Hans Hartung et Aimé Maeght à la Fondation Maeght, 1972

La fondation conserve dans ses collections des peintures et des dessins de l'artiste.