Jacques Monory, Death Valley n°1 (détail), 1974. Photo Augustin de Valence © Jacques Monory / Adagp Paris 2020

Jacques Monory

1 Juillet – 22 novembre

Initialement prévue au printemps 2020, la Fondation Maeght présente du 1er juillet au 22 novembre la première grande exposition monographique de Jacques Monory depuis sa disparition en octobre 2018. Une exposition qui revisite soixante ans de carrière du peintre le plus narratif du mouvement de la Figuration Narrative.

Pour les visites de groupes de plus de 10 personnes, merci de se renseigner auprès du service réservation (accueil@fondation-maeght.com) sur les mesures sanitaires en vigueur. Le guide sera responsable d’assurer une distance minimale entre les visiteurs de 1m50. Masque obligatoire. Le café et la boutique sont ouverts avec mise en place des mesures nécessaires. Les audioguides ne sont pas disponibles. Les vestiaires sont fermés. Pour votre confort, merci de ne pas vous encombrer de manteaux, sac à dos..

Commissaire invitée : Laurence d’Ist, historienne de l’art, auteure et commissaire d’expositions.

La Fondation Maeght propose la première exposition monographique de Jacques Monory depuis sa disparition en 2018 et lui rend ainsi hommage. Intitulée simplement Jacques Monory, l’exposition présente soixante ans de carrière et revisite l’œuvre de cette figure majeure de la Figuration narrative, constamment tendu par la modernité et par la singularité de ce bleu qui l’a rendu célèbre. Organisée par Laurence d’Ist, commissaire de l’exposition, cette traversée se fait le long d’un parcours non chronologique, mais qui tente de faire jouer à plein, d’une salle à une autre, les échos et les écarts de cette œuvre singulière qu’il est temps de revisiter.

De tous les peintres dits de la Figuration narrative, Monory aura sans doute été le seul à être pleinement narratif. Parfois hyperréalistes, les scènes énigmatiques qu’il peint et qu’il juxtapose forment comme le journal de bord hanté d’un peintre qui chaque jour s’interroge sur la réalité du monde. Le bleu qui l’a rendu célèbre, qu’il soit monochrome, ou qu’il accueille d’autres couleurs du spectre, est la couleur de ce doute. Il agit comme un voile onirique et comme une mise à distance.

Empruntant au cinéma – et notamment aux thrillers des années cinquante – comme à la photographie et à l’imagerie, les peintures de Monory, fréquemment de grand format et qui incluent aussi souvent des objets, forment comme une sorte de manège accéléré, avec parfois des stases presque extatiques : y alternent ou s’y combinent des paysages urbains et de grandes étendues de nature, des visions romantiques et des images dramatiques venant de l’actualité ou de l’Histoire contemporaine. Un pessimisme fondamental, teinté d’humour grinçant, y coexiste avec une fascination pour le vide.

Monory ne donne pas de leçon, il s’interroge et nous interroge : comment vivre dans un monde violent, déraisonnable, illogique, surprenant et souvent faux ? Sa peinture, qui se fait l’écho d’une modernité dont il conjure la violence en lui donnant libre cours nous revient aujourd’hui en pleine face, comme un très long métrage dont on aimerait pouvoir isoler chaque plan tout en se laissant emporter par la puissance d’un montage impitoyable.

Subscribe to our Newsletter
S'inscrire à la Newsletter