Menu

Jean ARP

(1886 - 1966)


Formé aux Ecoles des Arts Décoratifs de Strasbourg, Paris et Weimar, Arp ne développe la part sculptée de son œuvre qu’au début des années 1930, publiant auparavant et écrivant en français comme en allemand et exposant initialement de la peinture, du dessin, des reliefs et collages. Hans Arp et son épouse Sophie Taeuber-Arp imaginent une maison atelier à Clamart au début des années 1930 où Arp commence à travailler en ronde-bosse. Il travaille essentiellement en plâtre et fait reproduire ses œuvres en pierre, les tirant en bronze lorsque ses finances le permettent. Cette part de l’œuvre est aujourd’hui la plus célèbre. Il développe en trois dimensions un ensemble de formes anthropomorphes préexistantes en peinture, en relief, ou dans ses collages, comme des molaires et des torses soumis à des déformations à la dynamique émergeante. Arp concrétise de cette manière cette théorie de la forme nouvelle extraite de l’homme, forme unique et dont la croissance ou l’apparence évolutive serait, comme dans la nature, soumise à ce que l’on pourrait appeler le hasard.

Le Pépin géant
Le Pépin géant, 1937 - 1957

Bronze
Collection Fondation Maeght
Sculpture offerte par sa seconde épouse, Marguerite Arp Hagenbach à la Fondation Maeght, en 1966.