Menu

Simon HANTAI

(1922 - 2008)


Né près de Budapest, Simon Hantaï étudie à l’école des beaux-arts de cette ville, et entre en résistance aux allemands pendant les années de guerre. En 1948 il quitte la Hongrie pour aller parcourir l’Italie à pied, et y admire la peinture siennoise et florentine. Il s’installe en France l’année suivante, et se lie au groupe surréaliste. André Breton accompagne de ses écrits les premières présentations de ses œuvres. Au milieu des années 1950 il s’éloigne de cette inspiration et se rapproche de Jean-Paul Riopelle et de Georges Mathieu sous l’influence de l’expressionnisme abstrait américain. En 1960, il commence, en travaillant à terre, à froisser et à plier ses toiles avant et après les avoir couvertes de couleur, pour faire intervenir le hasard dans le processus de création de ses peintures, qu’il lisse ensuite pour les retendre ou non sur châssis. Ce sont successivement les séries des Mariales (1960-1963), des Meuns (1967-1968) et des Tabulas (1972-1982). Peintre en constante expérimentation, ses admirations se tournent principalement vers Cézanne et Matisse.

Simon Hantaï à la Fondation Maeght
Simon Hantaï à la Fondation Maeght, 1968

La Société des Amis de la Fondation Maeght a fait don d'une peinture de l'artiste à la Fondation.