Menu

Pierre BONNARD

(1867 - 1947)


Pierre BONNARD

Peintre, graveur, illustrateur et sculpteur français, né le 3 octobre 1867 à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine) et mort le 23 janvier 1947 au Cannet (Alpes-Maritimes).

Aimé Maeght (1906-1981) fut introduit dans le monde de l’art par Pierre Bonnard. « Bonnard a été le grand tournant de ma vie, il est devenu, pas à pas, mon grand ami », disait-il. Et réciproquement, le peintre confiait à ce propos à Thadée Natanson : « Si j’avais dû avoir un fils, c’est comme cela que je l’aurais voulu ». En effet, l’une des chances d’Aimé Maeght fut de rencontrer à Cannes, pendant la guerre, à la fois deux génies du livre, qui furent aussi deux des plus grands peintres du moment, Matisse et Bonnard. En 1932, Aimé Maeght ouvre la première imprimerie Arte à Cannes. Il rencontre alors Pierre Bonnard, avec qui il noue une amitié sans faille. L’artiste devient son mentor et encourage si vivement Aimé à se consacrer à l’impression d’art que ce dernier décide de développer son activité et fonde alors sa maison d’édition. A la libération, avec le soutien de Bonnard et Matisse, Aimé Maeght quitte Cannes et crée une galerie à Paris. La Galerie Maeght, inaugurée avec l’exposition d’Henri Matisse en décembre 1945 à Paris, devient rapidement le lieu de rencontre des artistes et poètes.

« Il s’était formé entre Bonnard et moi une espèce d’amitié très curieuse qui dépassait l’amitié de deux hommes avec une telle différence d’âge. Pour moi Bonnard est Le Peintre. Dans les longues discussions que j’ai eues avec lui, c’est lui qui a été à la base de mon évolution et de l’ouverture de mon esprit à l’art vivant. Sans Bonnard, j’aurais peut-être continué comme les autres marchands. »

La Fondation Maeght conserve dans sa collection, L’Eté, 1917 (huile sur toile, 260 x 340 cm).

L'été
L'été, 1917

Huile sur toile
260 x 340 cm

Cette composition d’inspiration méditerranéenne était destinée au départ à l’un des cabinets de travail de la résidence de Winterthur du couple Hahnloser, collectionneurs suisses et amis du peintre. Pierre Bonnard s’est mépris sur les dimensions requises pour le panneau. Trop grande, la composition lui est rendue.