Menu

Juan GRIS

(1887 - 1927)


Juan GRIS (José Victoriano Gonzalès, dit) (1887, Madrid – 1927, Boulogne-sur-Mer)

Né dans une famille aisée à Madrid en 1887, il abandonne à 17 ans ses études d'ingénieur pour se consacrer à l'apprentissage de la peinture. C’est à son arrivée à Paris, en 1907, où il s’installe dans un atelier du Bateau-Lavoir, proche de celui de Picasso, que José Victoriano Gonzalès prend le pseudonyme de Juan Gris. Dessinateur très doué, il subsiste grâce aux dessins satiriques qu’il place à l’Assiette au beurre, au Cri de Paris ou encore au Charivari. Ce n’est qu’en 1911 qu’il se lance véritablement dans l’aventure cubiste, reprenant avec bonheur les procédés inventés par Picasso (papiers collés) et par Braque (faux bois, faux marbre). Il se lie avec Max Jacob, Apollinaire, Pierre Reverdy et expose à la Section d’or et au Salon des Indépendants. L’année suivante, il signe son premier contrat d’exclusivité avec Daniel-Henry Kahnweiler. Durant la Première Guerre mondiale, Léonce Rosenberg prend auprès de Gris le relais de Kahnweiler exilé en Suisse. Pendant ces années, Juan Gris produit ses plus beaux tableaux, notamment des natures mortes très stylisées qui représentent le versant “ classique ” du cubisme. Il jouera un rôle essentiel dans le développement de la deuxième branche du cubisme, dit «synthétique», en opposition à la période dite «analytique». Entre 1922 et 1923, Gris travaille pour les Ballets russes. Il travailla sur les décors de deux ballets de Serge Diaghilev. Affaibli par la maladie, il meurt prématurément en 1927, âgé de 40 ans. En 1946, dans un important ouvrage, Juan Gris, sa vie, son œuvre, ses écrits, Daniel-Henry Kahnweiler rendra hommage à celui qu’il considérait comme “ l'un des artistes les plus nobles que la terre ait portés ”.

Portrait de Pierre Reverdy
Portrait de Pierre Reverdy, 1918

Crayon sur carton
60 x 40,5 cm
Collection de la Fondation Maeght, Saint-Paul de Vence