Menu

Joan MIRO

(1893 -1983)


Peintre, sculpteur, graveur et céramiste, né à Barcelone le 20 avril 1893 et mort à Palma de Majorque le 25 décembre 1983.

Une amitié profonde unissait Joan Miró à Aimé et Marguerite Maeght. C’est lui qui recommanda son ami architecte Josep Lluís Sert, qui construisit en 1956 son atelier de Majorque, pour dessiner les plans de la Fondation à Saint-Paul de Vence. L'environnement conçu par Sert donne à Miró une occasion nouvelle de créer des œuvres à la mesure de cet espace spécifiquement méditerranéen et qui complètent ses recherches dans le domaine de la sculpture et de la céramique. Avec la complicité de ses amis céramistes, Josep Llorens Artigas et son fils Joan Gardy Artigas, Joan Miró invente un lieu magique, le "Labyrinthe", où pour la première fois, la sculpture monumentale se trouve associée à l'architecture et à la nature.

Par la suite, 140 sculptures, 70 dessins, 8 peintures, une tapisserie monumentale, un vitrail et des céramiques viendront enrichir cet ensemble, donnant à la Fondation Maeght, grâce à la générosité de Joan Miró et d’Aimé Maeght, une des collections les plus importantes jamais réunie dans un musée d'art moderne sur cet artiste.

« Miró s’intéressait aussi bien à la nouvelle poésie, à l’émergence de nouvelles musiques, des technologies, bref à tout notre monde moderne et à ce qui pouvait lui apporter de nouveaux moyens pour réaliser son œuvre. Il voulait tout apprendre, tout comprendre, tout essayer et tout maîtriser. » Adrien Maeght.

Naissance du jour I/IIINaissance du jour I/IIIVitrailLabyrinthe Miro
Naissance du jour I/III, 1964

Huile sur toile
146 x 133,5 cm
Vitrail, 1979

200 x 360 cm (x2)

Joan Miró explorera à la Fondation Maeght un nouveau domaine, celui du vitrail, grâce à sa rencontre avec Charles Marcq, maître verrier de grande réputation auquel on doit tous les vitraux de Marc Chagall et directeur de l’Atelier Simon, à Reims. En 1979, il réalise pour la Fondation Maeght une double verrière horizontale de 2m sur 7,20m. Conçue à partir d’une maquette de dimensions réduites peinte à la gouache, la composition de Miró vibre d’un éclat particulier selon les heures, les saisons ou le temps qu’il fait. Sur un fond bleu intense, très brossé, très vivant presque orageux se détache une frise de personnages anthropomorphes, mi-femme, mi-oiseau, aux formes anguleuses. Les couleurs pures sont compartimentées en dernier. Le jaune solaire et les verts lumineux contrastent avec les rouges sombres et les noirs. Le chemin des plombs du vitrail, longuement médité par Charles Marcq, renforce l’aspect dynamique de la composition. La Fondation Marguerite et Aimé Maeght est l’un des deux seuls lieux où Miró s’est exprimé par le vitrail.
Labyrinthe Miro, 1963-1973

La fourche 1963 - Le cadran solaire 1973