Menu
Programmation 2017 A.R. Penck et Eduardo Arroyo

Programmation 2017 A.R. Penck et Eduardo Arroyo

Peindre ou sculpter les tribulations de l’humanité alors qu’elle est en proie aux turbulences ; avoir comme sujet ses enjeux, ses pensées, ses représentations imaginaires depuis les grottes de Lascaux jusqu’aux graffitis urbains ; avoir comme objet son histoire, ses jeux de pouvoir, ses théâtres et ses masques : voilà les questions que poseront en 2017 les expositions des artistes A.R. Penck et Eduardo Arroyo.

Au printemps, du 18 mars au 18 juin, l’exposition de l’artiste allemand A.R. Penck dévoilera l’extraordinaire force plastique de ses pictogrammes et de son vocabulaire sculptural drainant des suites épiques de cultures et de rêves.

En été, du 1er juillet au 12 novembre, le peintre figuratif espagnol Eduardo Arroyo investira à son tour les cimaises de la Fondation Maeght avec une ironie qui se joue des scénographies mythologiques ou politiques.

« Si l’art est l’un des moyens les plus perspicaces et les plus justes pour comprendre la psychologie humaine, pour mettre en lumière la vérité d’un individu, il peut, également, tenter d’exprimer non plus l’identité d’une personne mais celle d’une « humanité », d’un groupe d’hommes confrontés au temps ou à l’Histoire. L’art prend une dimension légendaire chez A.R. Penck ou politique chez Eduardo Arroyo quand tous deux cherchent à représenter les jeux, les signes, les langages, les chansons de geste de cette humanité », explique Olivier Kaeppelin. « Avec Adrien Maeght, nous trouvions qu’il était également intéressant de ne pas oublier les dialogues que leurs œuvres entretiennent avec celles de Giacometti ou Miró pour Penck, avec Léger ou Picabia pour Arroyo. »

 

Suivez l’actualité de la Fondation Maeght sur la page Facebook

 

A.R. Penck, Ohne Titel (Gruppe), 1961. // Vorstoß, 2010. © Adagp Paris 2017 - Courtesy Galerie Michael Werner Märkisch Wilmersdorf, Köln & New York.
Eduardo Arroyo, Arthur Quiller‐Couch dit Q.What odds?, 2016. Photo Claude Germain. // Double portrait de Bocanegra ou le jeu des 7 erreurs, 1964. Photo DP. 
© Adagp Paris 2017.


En savoir plus