Menu
"Matisse ce vivant"

"Matisse ce vivant"

Création du spectacle

Raphaëlle GITLIS, comédienne
François VEILHAN,
flûtes
Dominique ARU, conception de l'image et de l'espace scénique

Textes d’Henri Matisse, Jean Bazaine, René Char, Xavier Girard, André Marchand, Stéphane Mallarmé, Michel Passelergue (création).

Œuvres musicales de J.S. Bach, Claude Debussy, Charles Koechlin, Dominique Lemaître, Arnaud Petit (création), Alain Fourchotte.

 

 

 Les textes d’Henri Matisse (extraits de Ecrits et propos sur l’Art et de la correspondance du peintre), Stéphane Mallarmé (en relation avec l’ouvrage Poésies illustré par Matisse), René Char (la rencontre de Char avec Matisse), André Marchand (Les miroirs profonds, éditions Maeght) et Jean Bazaine (Derrière le miroir, éditions Maeght) animent le spectacle ainsi qu’un témoignage passionnant de Jacqueline Duhême.

Le poète Michel Passelergue, à la demande de François Veilhan, a écrit un texte poétique pour ce spectacle, livrant son approche de l’art de Matisse, qui évoque une toile « disparue » recréée. Il imagine et met en relation ce récit avec différentes pièces musicales. Le spectacle propose un texte de création : « La nuit et le nu » trois études sur Henri Matisse. L’image « retrouvée » est remixée avec des pièces musicales de Charles Koechlin.

Raphaëlle Gitlis entraînera le public dans l’atelier du peintre, grâce à ses mots à lui et les mots de ses proches. A travers des textes poétiques des 19ème, 20ème et 21ème siècle, elle donnera corps à des échanges recomposés, à travers le temps, autour de l’art de Matisse.

Œuvres musicales de J.S. Bach, Claude Debussy, Charles Koechlin, Dominique Lemaître, Arnaud Petit (création) et Alain Fourchotte.

La partie musicale de ce spectacle est interprétée par François Veilhan, flûtes.

 

Ce « collage » et cette composition musicale prennent en compte plusieurs aspects du travail d’Henri Matisse :

L’œuvre graphique, entre la ligne et l’harmonie, entre le silence et l’espace expressif, entre la figure et le signe.

Les liens entre la peinture d’Henri Matisse et l’héritage du mouvement symboliste.

L’importance du regard du peintre sur les êtres, l’amenant à réaliser d’innombrables portraits. Le compositeur Arnaud Petit propose ici un exemple de « portrait » en musique, écrit en 2015, dont les perspectives offrent tant une abstraction qu’une figuration, traduction d’une réalité physique et d’une intuition psychologique, autonomie du tracé rendu à son énergie propre. Ces formes sonores se rapprochent de l’art de Matisse.

Le compositeur Alain Fourchotte, à la demande de François Veilhan, a écrit une pièce pour ce spectacle intitulé « Songerie ». Elle traduit certains aspects de l’univers pictural de Matisse - la présence d’ « arabesques », de couleurs et de lumières suggérées par la disposition des formes, la « sensibilité » des lignes. Elle explore, dans le champ musical, l’idée de cette songerie proposée par Aragon pour approcher l’art de Matisse.

La présence des images, au cœur du spectacle, est proposée par la réalisatrice Dominique Aru.

Elle crée des espaces de recueillement chers au peintre (de la page blanche aux murs, en passant par celui de l’atelier…) En épousant la musique, elle veut sensibiliser le spectateur aux relations que crée Matisse entre compositions, couleurs et lignes pour évoquer la présence des êtres au sein d’espaces vivants. Proposer des chemins pour parcourir les toiles, les dessins du peintre. Exalter la puissance d’une œuvre dans un temps particulier comme celui du rêve.

« En arrivant dans sa villa « Le Rêve » on entrait dans un de ses tableaux. C’était beau, calme » raconte Jacqueline Duhême.

 

Billetterie uniquement sur place le jour même.
Réservation possible par email : info@fondation-maeght.com

TARIFS : Concert 19€ (Ouverture de la billetterie à 20h30)
Tarif réduit pour les membres de la Société des Amis de la Fondation Maeght : 15€

Tarif combiné concert + exposition Gérard Garouste « En chemin » : 24€ entre 19h30 et 20h30